Bonjour Connasse – La Rechute

Déc 06 2010

Bonjour Connasse, tu vas bien ? Ton jean slim ne rentre pas trop dans ton anus fraîchement épilé par l’apprentie de chez Body Minute ? Tes Minnetokas à talons de chez New Look ne frottent pas trop contre tes talons fragiles et gracieux ? Tu vis bien ta vie de pouffiasse en agence de communication ? Des journées entières à sucer des bites ca doit fatiguer quand même, être à quatre pattes pour se faire enculer et passer de la pommade en simultané, ca doit être difficile à gérer. Et puis tes journées sont tellement remplies, les déjeuners en terrasse, Ray Ban posées négligemment dans tes cheveux fraîchement méchés, ta copine Chacha qui te raconte les derniers potins absolument fabuleux et nécessaires à ta survie, pour que tu puisses toi aussi alimenter tes soubrettes avides de conneries et de putasseries. Et ce soir tu fais quelque chose connasse ? Une présentation du dernier fard à paupière de chez Lancôme, est-il en tube ou en boîte, est-il perlé, nacré ou mat, le suspens me flingue, j’ai envie de crier, raconte moi tout, avec des photos et des didascalies, prend toi en photo adossée au bar, la tête posée entre deux assiettes de sushis. Fais moi rêver, meuf, donne moi les détails, la façon dont la nana du vestiaire t’a reconnu, les gens que tu as croisé et ce mec qui n’a pas arrêté de te regarder, saute dans un taxi et pond moi 10 lignes sur ta bête de soirée, avec concours à la clé, la première qui devine la taille de la bite de ton PDG gagne un crayon pour lèvres que tu auras à peine essayé, compte tes visiteurs, publie tes statistiques sur Twitter, fais nous kiffer, on bave tous devant ton statut de putain de VIP du rien, on te jalouse et on t’envie, t’as tout compris, on est tous des putain de paysans, poussière sous tes ongles manucurés, balaie nous de ton orgueil de tenancière de bordel pour bobos décomplexés, le fric c’est chic, les thunes c’est la vie, ton sac Chloé, la cerise tatouée derrière ton oreille, t’es rebelle mais t’es normée, t’es parfaite, t’es au top, t’es la reine de la Prom.

Y’a les connasses intelligentes aussi, celles qui sont payées pour rendre sexy des articles chiants comme la pluie, mise en valeur machiste, community manager de la bite, je twitte mi-graveleux mi-smart, c’est une putain de stratégie, je suis débordée mec, tu peux pas comprendre, tout le monde m’acclame, tout le monde me demande, on ne saura jamais si c’est vrai, mais t’essaie si fort de nous le faire croire qu’on s’en fout de la vérité. Ton snood American Apparel limited edition shoppé à NY l’hiver dernier, ton sac vintage trop class et tes boots à clous, t’es rock’n’roll, t’es une artiste, t’as des connexions dans les milieux trop hype, limite de l’underground, t’es pas une bitch tendance Grazia-Envy-Be, ta came c’est les Inrock, Technikart c’est has been, tu méprises les dindes qui se trémoussent sur Lady Gaga, la musique c’est sérieux, quand tu sais pas, tais toi. Ta philosophie de vie c’est Kerouac mal digeré, tu l’as lu en terminale et depuis t’as décompensé, dans ton studio du 18e dans les cartons sous ton lit, le vomi de ton adolescence, le poster du Che et ton keffié, t’es bouffée par le système mais tu luttes, c’est pour de vrai, tu partiras en vacances en Toscane, pas parce que c’est trop cool, mais parce que c’est écologiquement responsable.

Connasses, pouffiasses, unissez vous parce qu’on est plein à vous détester, à avoir envie de vous tabasser, à vous envoyer en camp de réeducation en Slovénie, vous voir gratter des montagnes de patates crues avec vos ongles niqués, vous filmer en train de chier dans la neige le cul dans les orties, ca ferait une putain de télé-réalité, je serai la kapo de cette belle assemblée, je te ferai tellement trimer que tu chialeras, j’écraserai ton blackberry sous mes rangers et je couvrirai ton visage de merde, tu te laveras les cheveux dans la rivière glacée, à genou tu imploreras mon pardon, tu jureras de lire le journal et de faire attention à ta vieille voisine, mais je te nomine pas, tu restes jusqu’à la fin, jusqu’à ce que ton cerveau habitué aux douceurs et aux macarons Ladurée s’affermisse et se prépare à la vraie vie, retour en France, terminus Roubaix-City, je te lâche là et démerde toi pour rentrer, point d’orgue de la démarche initiatique forcée.

Commentaires fermés sur Bonjour Connasse – La Rechute

Comments are closed at this time.

Get Adobe Flash player