Ta soeur à poil sur Internet

Mai 17 2011

Elles sont des milliers. Sur facebook ou sur des blogs, sur des books semi-pros ou sur des pages persos, des images de femmes entre le nu et l’osé, entre le déshabillé et le charme, le nu artistique et le cul qui colle sur le skaï noir du canapé. Elles ne vendent pas leur image à des fins sexuelles, elles ne font pas commerce de leurs photos, elles cherchent à être vues, à être reconnues, engranger le plus de visiteurs, faire péter le compteur, elles se définissent comme modèles amateurs, elles posent leurs conditions, elles rencontrent des photographes qui testent sur elles leurs Reflex encore tout chauds, juste sortis de la boîte. Le cliché le plus courant, c’est celui d’une fille en petite tenue, un bustier, un string, un décolleté plongeant, des bottes blanches qui brillent, un sautoir de perles lui sert d’accessoire, elle est allongée sur un parquet qu’on devine flottant, derrière elle un drap blanc bricolé, tendu par quelques clous au fond d’un garage ou d’un salon familial transformé en studio pour l’occasion. La moue boudeuse, le menton tendu en avant pour gommer le reflet d’un double menton, les lèvres mouillées, une cuisse repliée, elle prend la lumière pour quelques secondes, mais ce qui compte vraiment, c’est ce qui se passe après, transférer les photos vers leur sanctuaire virtuel, le nouvel album est en ligne, lache ton com.

Il y a des petites et des grandes, des brunes, des blondes, des grosses et des fines, pas de critère  pour ce casting géant, la sélection se fait à l’ego et à l’envie, mais surtout comme au marché, pour ces hommes qui proposent leurs services de photographes pour mater de la chair à des filles qui n’accéderont jamais au statut de mannequin ou de modèle d’art, elles ne pousseront d’ailleurs jamais les portes des écoles ou des associations qui pourraient les employer pour poser, elles n’enverront pas leurs composites aux agences qui recrutent, elles se contentent de leur statut de célébrité à 56 kbits, récompenses illusoires des compliments récoltés par des inconnus prêts à Liker ou à les harceler des messages tellement elles sont belles, tellement elles sont bonnes. Bientôt avant de s’inscrire sur Meetic, on conseillera aux femmes un passage obligatoire chez Dédé et Jean-Mimi photographes spécialistes en photololeries et autres gourmandises technologiques, le slogan est déjà tout trouvé, si tu veux niquer, fais toi tirer le portrait par Dédé. Les hommes sont exigeants, et les femmes sont cruches, toujours prêtes à faire de leur mieux pour se plier aux désirs de leurs contacts MSN et de leurs amoureux Badoo, elles ont toutes une série coquine, qu’elles planquent dans un dossier, réalisée avec un ex ou un photographe un peu plus dégourdi, les jambes écartés, la poitrine offerte, les yeux masqués, prélude obligatoire 2.0, personne ne s’en étonne plus.

A poil sur Internet, pourquoi pas. En lingerie, en santiags ou en treillis. Ce qui m’inquiète vraiment c’est le côté systématique des choses, le côté has been de la meuf qui refuse d’envoyer une photo de son cul. Fais pas ta prude, t’as un Iphone, t’as un cul, le calcul est vite fait. T’as une webcam, t’as MSN, t’es donc okay pour me regarder me branler pendant que tu me racontes ta journée. T’as de jolis yeux mademoiselle, ca te dirait pas de poser ? J’ai tout ce qu’il faut à la maison, on fera un séance soft tu verras, t’enlèves le haut quand tu le sens, les photos, tu les gardes pour toi, je te rémunère en clichés, je suis pas pro tu sais. Y’a le désir de possession des hommes, mais aussi, et peut-être surtout, la confiance en elle merdique des filles, des femmes, qui se plient sans réfléchir à ce genre d’exercice, qui offrent leur image dans l’illusion de se réconforter, la thérapie par l’image, voilà ce que proposent les plus gonflés de ces photographes du dimanche, persuadés qu’ils peuvent réparer en une pellicule topless les manques et les doutes d’une demoiselle trop fragile pour refuser. Quand je vois une nana qui s’expose sur Internet, je me pose toujours la même question, ce qui peut pousser à se donner comme ca. Je ne parle pas de toutes celles qui choisissent, qui ont conscience de leurs choix, de leurs projets, de leurs limites. Je parle des jepose.com et autres horreurs de galleries persos qui dégueulent le mal de vivre.

17 responses so far

  1. Merci.

  2. Interressant, je pensais justement a ca dernierement et je decidais en mon for interieur que JAMAIS un objectif ne me capturerait en tenue legere. Et pourquoi ca alors espece de coincee de cul? Parce que je me disais (dans mon for avec un chocolat chaud et des petits gateaux) que qui dit photo aujourd’hui dit numerique. Et donc l’etape suivante, c’est l’atterissage probable sur le web ( les gens sont si previsibles) mais apres, la, c’est imprevisible. TOUT ce qui atterit sur internet devient eternel, jusqu’a la fin des temps ( qui est prevue pour le 21/12/2011 mais c’est donc quand meme 7 mois de parade a poil worldwide). Voila. Donc si on veut me voir a poil, c’est dans la chambre que ca se passe. Ou au grand maximum, faites preuve d’un peu d’imagination, la ou commence l’erotisme

  3. Photographe amateur (mais qui ne photographie pas les gens), je ne retrouve pas cet esprit chez les autres amateurs que je connais.

    La démarche, sans être forcéement artistique, est d’abord esthétique. Parfois technique.
    Trouver un angle qui mette en valeur, un éclairage qui ne vas ni bruler les zones claires ni être trop sombre. Jouer avec les ombres et la lumière.
    Monter dans les ISO pour donner un peut de grain peut-être…

    On m’a déjà demander de faire de photos de ce genre, mais j’ai toujours refusé jusqu’à aujourd’hui.
    Je considère ce type d’exercice comme étant le plus difficile dans la photographie. Très technique, et il peut être décevant pour le modèle si cette technique n’est pas maitrisée.

    Je suis bien conscient que le propos de ton billet n’est pas là, mais comme partout, il y a des bites sur pied qui cherchent à se rincer l’oeuil (et plus si affinité).
    Dans mon expérience, la plupart de ces photographes amateurs à la petite semaine ne sont pas attirés par cet exercice uniquement pour voir un peu plus de l’epiderme de leurs modèles.
    Mais c’est certainement une histoire de démographie aussi…

  4. Je parlais récemment avec une ado de 17 ans. Pour elle, c’est normal de pratiquer « le sexting » ou l’envoi de photos sexy à des inconnus -ou presque. Par contre l’inverse est plus rare. Les jeunes hommes exhibent leurs pectoraux et biceps, mais leur sexe, bien plus rarement.
    Je ne fais pas la moral à ces jeunes, je ne suis pas une nonne non plus, mais ces jeunes filles oublient la règle d’or: le corps ou la tête, jamais les deux réunis.

  5. Ton sujet aurait pu avoir de l’intérêt, en 2008 sans doute. C’est arriéré, ça sent le vécu non assumé ou la frustration d’avoir voulu le faire. Aujourd’hui pas besoin de Jean-Bernard ou de Marcel, les gamines sur facebook se shootent dans le miroir recouvert de dentifrice et du sébum des boutons qu’elles ont percé avant et les réflex sont moins chers que les Iphone, même Kevin en terminal il peut te faire ta séance meuf.

    Tu enfonces des portes ouvertes avec des observations qui vieillissent déjà.

    J’ai connu plus intéressant ici.

  6. @Raphaëlle Je ne crois pas ici parler des ados et des dedipix. Mais désolée de te décevoir. Je t’invite à lire ailleurs.

  7. J hallucine toujours de voir a quel point certains commentateurs ont raté leur vocation de psy… tu ne peux pas faire juste un article, t’es obligatoirement une frustrée/haineuse/ringarde.
    Je ne sais pas comment tu fais pour ne pas en être épuisée parfois….

  8. Et toi, justement, Daria ? Plutôt oui à l’exposition numérico-artistique du pilou-pilou, ou plutôt Non merci c’est très bon mais je n’en reprendrai pas ?

  9. @arnaud plutôt veni vidi vici 🙂

  10. ils sont marrants ces hommes : « t’envoies pas de photo, tu veux pas voir ma cam. tu es timide ou coincée ? ». ben non…

    Internet c’est sympa mais c’est aussi l’enfer. Tout le monde il est beau, une vraie thérapie. Un faiseur de proies.

  11. Je pose à poils, j’adore ça, et si j’avais du attendre d’avoir ça pour m’aimer, m’auto faire une thérapie ou être certaine de mon pouvoir de séducation auprès du mââââle hétéro, j’aurais pas finit de me la toucher en douce. Je vais bien, je suis heureuse, je mange presque équilibrée et le fait de poser, de faire de la photo me permet d’exprimer, de catharsis, de faire partager un truc. Et ouai, aussi de faire booster encore quand j’ai des doutes des points de charisme sur mon cul. Y a aucun mal à ça, en soit.
    Mais ça me tue toujours de voir aussi que quand tu poses à walpé, soit t’es la salope du quartier, soit t’as fait ça pour la mâle hétéro, c’est bien connu, tu peux pas te trouver méga gaulée pour ta gueule, avoir un projet artistique, chercher quelque chose. Et si ça plait, et qu’ils se branlent devant, TANT MIEUX ! Ca fera des gens heureux. Mais c’est vrai, beaucoup de nanas posent et savent pas vraiment pourquoi. Elles veulent poser nu, pour s’aimer. Elles se rendent pas compte qu’il y a des photographes de merde qui vont te faire détester ton corps, que tu seras soumise au jugement odieux des gens, parfois des remarques méga violentes. J’ai fait une série sur le thème d’une bourgeoise un peu dominatrice : on m’a dit que je dégoulinais de gras, que ce genre de shoot était pas pour moi (je fais 58 kg pr 1m62, voilà, voilà…). Faut avoir les nerfs accrochés quand tu t’exposes (un peu comme bloger je suppose)
    Mais ça me tue toujours les nanas qui veulent poser des photos de « charme » pour leurs mecs. Et quand tu vois ce certains OSENT pondre comme photos de merde et réduire une personne qui peux être canon à un amas cellulaire étrange.
    Après, on peux pas leur reprocher de chercher à se réapproprier quelque chose, soit même, son corps, parce que quand tu vois comment le corps des nanas est maltraitées, retouchées et offert partout, y a de quoi en être peut être mal et à chercher un exutoire à ça.

  12. @chacha haha tout à fait!

    Mais bon, celles qui cherchent des mecs sur internet faut vraiment être désespéré… (je voulais mettre « désespéré comme un homme »)

  13. L’exposition de son égo, notre nouvelle religion à tous… ou quand les pixels remplacent les chapelets et la webcam le confessionnal.

  14. Bonjour, je m’appelle Claudy Focan, photographe semi-professionnel. Mon job alimentaire c’est General Marketing Manager Superviser des abattoirs d’Anderlecht 😀

  15. Chacun fait ce qu’il veut mais il ne faut pas oublier deux choses, les photos publiée sur inernet reste quasiment à vie. Beaucoup de site pornos les utilisent sans l’avis des gens. Et une photos peut ressortir des années après. Faut être plutôt inconscient. Quand je vois certains sites amateurs ou les nanas ont le visage découvert et les jambes écartées, je suis plutôt dubitatif. A mon avis il y a déjà eu des drames à cause de ça. Sans compter aussi sur les nanas qui ne savent pas que leur mec publie des photos d’elles à poil…
    Bref, la photo érotique c’est surtout une histoire de bon sens et de confiance. Et ce n’est pas parce qu’une photo est jolie qu’il faut obligatoirement la partager.

  16. La question n’est pas ici que les photos restent sur internet : si ça préoccupait tant, on n’irait pas sur fesse-de-bouc. La question est pourquoi on assiste à cette espèce d’étalage, cette espèce de boucherie sexuelle. J’ai posé pendant 2 ans pour payer mes études. Eh oui : étudiante à Paris, pas de parents pour aider, montrer ses fesses à demi nues pour 100€/l’heure c’est mieux payé qu’aller récupérer les gamins capricieux à l’école. C’est un calcul froid, les limites sont très claires : c’est tant de l’heure, je n’écarte pas les jambes, le photographe ne vient pas chez moi, on signe un mot comme quoi il garde ce genre de bidules très confidentiel.

    Autant dire, je n’ai pas eu énormément de demandes. Ou plutôt, il y en a eu plein, mais les conditions échaudaient vachement. Surtout quand, vers la fin d’une séance, le monsieur me proposait 50€ en sus pour une turlutte. Ce qui aboutissait inévitablement à un « non, merci » glacial de ma part.

    Ce qu’il s’est passé dans mon cas a été très marrant. En tout cas, pour moi 🙂 J’attire les fous, tout comme Daria avec qui je me sens des accointances particulières quand je la lis vu que c’est le genre de choses que j’aurais pu écrire si j’écrivais encore. Passons. J’attire les fous, les vrais malades. Et je suis fascinée par les gens, par l’Autre. Par ce qui est « tu » et ce qui me montre les limites de mon « je ». Donc, j’ai commencé à passer du temps à étudier ces gens. J’ai accepté des séances à 2 avec une autre fille, dans les mêmes conditions qu’en solo. Je suis tombée une fois sur une fille géniale, en khâgne dans un lycée parisien super coté. C’est plus ou moins la seule fille sensée que j’ai croisée dans mes tribulations. Les autres… jepose.com est très civilisé en comparaison avec les sites qu’il y avait en 2006-2007. Cette misère émotionnelle et humaine qu’on voit avec tous ces mecs qui pouvaient s’offrir un appareil photo numérique, qui s’imaginait déjà en grands artistes parce qu’ils passaient leur pause de midi à payer 100€ une étudiante à montrer son soutif, entre le jambon-beurre et le café à la machine avec les collègues. J’ai été tenté de mépriser ces gens, mais je me suis rendue compte que j’avais pitié. Pour la médiocrité qu’ils érigeait en « jardin secret ». Pour la facilité avec laquelle ils se confiait à moi. C’est dingue combien facilement les gens me parlent, parfois j’aurais préféré qu’ils ne l’aient jamais fait. Et ils te racontent leurs vies de familles, leur rêves de beaufs, leur misère sexuelle,… Moi ? J’empochais mes sous et je réagissais avec une bienveillante indifférence. J’ai fini mes études, j’ai arrêté les photos. Point, à la ligne.

  17. J’adhère Daria une fois de plus (ça devient chiant ^^).

    Je plussoie Marquise Olympia quand elle dit : « Elles se rendent pas compte qu’il y a des photographes de merde qui vont te faire détester ton corps, que tu seras soumise au jugement odieux des gens, parfois des remarques méga violentes. » C’est le vrai danger.

    Et je plussoie aussi R de A à Z.

Leave a Reply

Get Adobe Flash player