Gleeden-Zizi-Panpan-Blogo-Buzz

Juin 01 2011

Gleeden, le site de rencontre pour personnes mariées qui cherchent à niquer des personnes mariées en toute confidentialité, se payait récemment les services d’une campagne auprès des blogueurs, relayée par Ebuzzing dans les termes suivants :

ANGLE DE VUE : Je t’aime et je te trompe : 53% des français interrogés estiment qu’il est possible d’aimer son ou sa partenaire tout en lui étant infidèle. Enquête IPSOS* (*Enquête réalisée en octobre 2010 auprès de 1 501 Européens dont 500 Français par Ipsos à la demande de Gleeden.com, première plateforme de rencontres extraconjugales).

Nous voudrions orienter l’article de manière à ce que l’infidélité puisse être considérée comme un moyen de sauver son couple, puisque cela permet de s’épanouir différemment. Le point de vue est plutôt féminin et s’appuie sur des chiffres de l’enquête IPSOS et sur l’enquête Gleeden. L’article soulève la question de l’infidélité comme secret de longévité du couple et cite Gleeden comme exemple.

Les blogueuses qui ont choisit de gagner de l’argent en participant à cette campagne acceptent donc le parti pris suivant : niquer ailleurs dans le cadre du couple permet à celui-ci de survivre. La question de l’infidélité n’est donc pas à évoquer sous l’angle de la confiance mais du bien-être, du mieux-vivre. Baiser sa maîtresse, avoir un amant, c’est du yoga, qu’ils te disent. C’est rigolo. Non vraiment. Parce que si tu t’amuses à remonter les blogs et les billets des participantes, ca parle plutôt de Prince Charmant, de familles, de rencontres, ca cause féminisme un peu, de cul avec humour, de libertinage soft parfois, mais jamais d’infidélité à la cool. Jamais je n’ai croisé de billet « SUPER, MON MEC ME TROMPE GRACE A GLEEDEN !! ».

Car il ne s’agit pas ici pour Gleeden d’évoquer les autres formes de sexualités ou d’amour possibles, le polyamour, l’échangisme, le mélangisme, la polygamie, la polyandrie, la pansexualité, ou toute autre forme ou définition de « plusieurs trous +/- plusieurs bites +/- plusieurs coeurs ». On est bien ici dans l’infidélité classique, celle qui alimente les comédies de boulevards, celle du démon de midi, de la crise de la quarantaine, celle des débuts d’une relation, quand rien n’est sur et qu’on se cherche encore, des milieux trop creux où l’on se rassure ailleurs, et des fins dramatiques, où les autres deviennent des prétextes à tout jeter, à tout effacer, à tout recommencer. L’infidélité, c’est cacher à l’autre qu’on fourre ailleurs, pour faire simple.

Cette campagne vise les femmes. Et oui, il faut de la chair fraîche à Gleeden, puisque selon leurs statistiques seulement « 37% des membres sont des femmes mariées ou en couple ». On leur sert donc le couplet de la liberté, du féminisme éclairé par la force du pénis inconnu :

Plus libres, plus indépendantes, elles assument enfin leurs envies et reconsidèrent leurs principes. La plateforme Gleeden est d’ailleurs pensée au quotidien par une équipe féminine. Régulièrement le site Gleeden collabore avec de nombreux experts (psychanalyste, écrivain, journaliste, astrologue…) pour traiter des sujets de fond concernant la liberté au sein du couple.

Si tu ne trompes pas, tu es une femme archaïque, tu subis encore le joug terrible de ton mari, tu es soumise à ton compagnon qui a pris possession de ton vagin. Et d’ailleurs c’est forcément vrai, puisque ce sont des femmes payées par Gleeden qui le disent. Ne me demandez pas ce qu’un astrologue peut avoir à dire sur votre relation de couple ou sur vos envies d’aller toucher la chatte à la voisine, mon expertise s’arrête ici. Gleeden s’enveloppe d’un paquet de précautions, de chiffres et de statistiques pêchées en son nom pour se déguiser en quelque chose de frais, de tendance, d’acceptable : vous n’êtes pas ici sur l’équivalent marital de Net-Echangisme ou de Zizi-Panpan.com, mais vous appartenez à une communauté, vous partagez, vous grandissez, vous allez mieux grâce au grand Gleeden. Mais bien sur…

Autre statistique intéressante exploitée par Gleeden :  « 22% des personnes interrogées pensent que l’infidélité permet de sauver son couple en s’accordant des moments de liberté ». Pourquoi pas. Mais ce qui est vraiment intéressant, c’est de se demander comment la question a été posée. (Enquête réalisée par Gleeden.com auprès de 2000 femmes françaises inscrites sur Gleeden. Echantillonnage de femmes âgées de 30 à 45 ans) Et surtout ce que pensent les 78% autres. On demande aux blogueuses qui relaient cette campagne d’écrire leurs billets en se basant sur cette statistique : tricher, c’est bon pour vous, c’est bon pour votre couple. Dans un petit quart des cas. Selon un pannel de 2000 femmes inscrites sur un site de rencontres coquines. Un vrai échantillon représentatif, n’est-ce pas ?

Pour continuer dans les chiffres : « Selon le sondage, 48% d’entre elles font l’amour avec leur mari seulement le soir, et pour 75% à n’importe quelle heure de la journée avec leur amant. » C’est à se demander si Gleeden ne prend pas les lectrices de ce communiqué pour des abruties. Les femmes interrogées entre 30 et 45 donc, sont encore susceptibles d’être actives, en entreprise ou au foyer, ou d’être les compagnes d’hommes actifs, et occupent donc leurs journées en semaine à d’autres activités que celles de la chair. Les activités extra-conjugales ont donc lieu en journée, à l’abri des soupçons de l’autre. A n’importe quelle heure de la journée, cqfd. On voudrait faire passer les horaires du coït conjugal pour un signe d’ennui, de faiblesse, de manque d’inventivité. C’est la vie courante, pour la majorité d’entre nous, ceux qui vivent avec des horaires de bureaux, des enfants, des diners, des apéros. Est-ce que ca nuit à notre sexualité ? Je ne crois pas. En tout cas, n’empêche pas les 52% restant de trouver d’autres moments pour se rouler dans la luxure.

Ce qui me gonfle dans cette tentative médiocre de Gleeden pour se déguiser en communauté respectable, c’est cette opposition haineuse entre les « fidèles » et les « infidèles ». Comme si ceux qui choisissent de se consacrer à un seul partenaire par relation manquaient forcément d’imagination, du fameux piment qu’il nous faudrait mettre dans nos culottes. Comme si on voulait imposer une nouvelle norme, en opposition à l’oppression du couple fidélo-centré, le couple cocu, mais content. Si encore, Gleeden prônait le couple libre, le libertinage, l’échange par la parole des experiences, j’aurai pu comprendre, rien de nouveau, il y a des centaines de sites de rencontres sexuels sur la toile où les hommes et les femmes affichent clairement leur statut marital sans honte, et se rencontrent entre eux.Mais Gleeden vend le secret, le mystère, le temps pour soi dans l’adultère comme on vend un abonnement à une salle de gym. Prenez un amant, vous vous sentirez plus belles mesdames (46% estiment que l’infidélité permet de doper l’estime de soi), trompez sans crainte, puisque c’est pour vous faire du bien, à vous, si délaissée par votre mari/partenaire. Sur la plateforme, les femmes peuvent « évaluer leurs amants« , comment imaginer quelque chose de plus sexiste ?

10 responses so far

  1. Ou quand, encore une fois, le cul des femmes (ici mariées) est un argument de vente (parce que j’imagine que les messieurs eux ils raquent)… la campagne de Gleeden, comme tu la présentes, ressemble fort à du racolage (« aller mesdames on suit ce qui ressemble au troupeau et on rentre dans les enclos à bétails_c’est à la mode_en attendant d’étre choisies lors de la foire aux bestiaux virtuelle »)… deux secondes, je reviens jvais vomir.

  2. C’est glauque quand même. Néanmoins, leur campagne fonctionne, on parle d’eux.
    Ils font des sondages sur un site de rencontres pour gens mariés, ce n’est pas du tout orienté en plus. Puis le truc de noter les amants, c’est naze.

  3. Bravo! Merci, j’aurais pas pu mieux l’écrire!

  4. Daria t’es une vraie chercheuse de pépites, t’arrives toujours à dénicher les heatseekers. Bon avec toi on parle pas d’or ni de musique, mais de sujets révoltants stade vomito.

    A la différence des 36 000 sites libertins, celui-là prône le mensonge et l’hypocrisie. Et puisqu’il s’adresse à des gens mariés, ça va plus loin, parce qu’il y a des lois là-dessus. J’attends impatiemment un divorce ou une des 2 parties accusée d’adultère citera Gleeden à comparaître !

  5. Vivement les premiers retours blogomode avec une demoiselle qui aura accepté le billet sponso mais pleurera quand son mec la trompera via ce site. AHAH.

    (Ou l’inverse, ou n’importe quelle possibilité de couple)

    La gueule du site rétrograde basé non pas sur un concept de maturité mais sur le bon vieux mensonge. Classe. L’argent n’a pas d’odeur comme on dit :-/

  6. C’était donc pas juste une impression, ce sentiment qu’yavait tout d’un coup vachement de blogs qui se mettaient à pondre des articles pour expliquer si tu trompes pas ton conjoint t’es has-been et que l’infidélité est la seule garante d’un couple réussi.

  7. Bravo à Gleeden. Très belle initiative de leur part. Bande de cons.

  8. […] Donc une fois n’est pas coutume (mais pourrait éventuellement le devenir), je sors du sujet d’adapte un mec pour mettre mon grain de sel dans des histoires qui ne me concernent pas, à savoir cette campagne promotionnelle pour un site de rencontres extra-conjugales relayée moyennant finance par certaines blogueuses. Daria Marx en parle mieux que moi. […]

  9. G du cerf sur la tête !

    Alors là, bravo pour votre article, presque rien à rajouter sauf peut-être renchérir sur le côté branchouille super ciblé pour toutes les petites snobs dont malheureusement ma future ex-femme a fait partie.
    Résultats beaucoup moins tendances : 2 couples divorcent grâce à GLEEDEN dont un avec 2 gosses soit 6 vies accidentées !!!
    Moi, j’ai fait surtout  » je préviens ta femme.com »
    Cornard, mais pas forcement connard…
    Pensez-y les pouffes !!! Vous jouez avec vos vies et celles des autres comme des chauffards !

    13 NRV

  10. Pfiou !
    Merci pour cette ferveur, ces arguments, ces chiffres ! Cela fait du bien à entendre !
    Merci merci merci et bravo!

Leave a Reply

Get Adobe Flash player