Par procuration

Juil 02 2011

Monsieur le Procureur,

Je vous écris afin de partager avec vous à l’avance certaines informations qui pourraient influencer l’affaire qui pourrait m’opposer à un violeur. Je ne suis pas parfaite. J’ai commencé à mentir très tôt, comme tous les enfants, et puis j’ai continué un peu, adulte. Il m’est arrivé de fréquenter des gens ayant en leur possession des armes ou de la drogue. Il m’est arrivé de consommer de la drogue, ou de détourner l’usage thérapeutique de certains médicaments. Il m’est arrivé de boire plus que de raison, et d’être en état d’ébriété sur le domaine public. J’ai volé plusieurs fois chez Monoprix, plus particulièrement au rayon vernis à ongles, mais aussi dans d’autres enseignes. J’ai payé mon loyer en retard des dizaines de fois. J’ai quitté mes employeurs dans la colère. Il m’est arrivé de prononcer des mots malheureux comme « je vais te buter » « je vais te saigner » ou encore « t’es mort », à l’encontre d’inconnus ou de proches. J’ai fréquenté des fêtes interdites par la loi, dans des lieux interdits au public. J’ai triché par omission sur mes déclarations d’impôts, j’ai profité sans culpabilité de l’APL et des Assedics quand j’en avais le droit, j’ai même déposé sans y croire un dossier de logement social. J’ai travaillé au noir. J’ai fraudé la RATP et la SNCF pendant des années, avec une carte d’identité dont l’adresse n’était pas la bonne, pour éviter les amendes.

Est-ce que tous ces petits manquements à la morale et la loi font de moi une mythomane, une manipulatrice, une femme connue du milieu de banditisme ? Je ne crois pas. Il m’est arrivé de prendre de  mauvaises décisions. Il m’est arrivé de me réjouir de mes tricheries. Il m’est arrivé de trouver drôles et sympathiques des gens de passages dans ma vie, sans juger leurs actions ou la provenance de leur argent.  Il m’est arrivé de commettre de petits délits sans avoir même l’idée d’enfreindre la loi. Je ne suis pourtant pas une mauvaise citoyenne aujourd’hui. J’ai conscience de mes fautes, et si je continue à penser qu’il existe des injustices profondes dans l’application du droit, je suis sage, c’est promis. Je ne crie plus CRS = SS dans les manifestations, je respecte les forces de l’ordre, et je gueule même toute seule sur mes petits voisins quand ils font pipi dans la cage d’escalier. J’ai la chance de ne pas avoir besoin de m’adonner à des activités illégales pour gagner ma vie, je n’en ai même pas le goût.

Si jamais j’arrivais devant vous, Monsieur le Procureur, en vous demandant de punir un homme qui m’aurait violé, j’aime à penser que c’est la situation à ce moment donné que vous examineriez. Pas les mensonges d’avant, les petits accrocs à la réalité, les manquements au régime fiscal et les tricheries sur facture au supermarché. Que vous ne vous serviriez pas des médicaments qui me sont prescrits, par exemple, pour laisser penser au monde que je délire, que j’ai tout inventé. Que vous auriez la pudeur et l’honnêteté d’examiner les faits et les dépositions, les indices et les témoins, avant de laisser raconter dans les médias que je suis une menteuse patentée, une roublarde, une tricheuse, une trainée. Il vous faudra bien sur exercer la même retenue avec l’homme que j’accuse, c’est après tout votre métier. Si je me laisse à dire que « je vais le faire payer », « le faire cracher » ou « détruire sa vie », il ne faudra pas m’en tenir rigueur. Je suis juste un peu énervée. Ca fait cet effet là, un viol, il parait.

24 responses so far

  1. On ne compare pas des pommes et des poires, Nafissatou ferait partie d’un réseau de narco-trafiquants, elle aurait reçu des centaines de milliers de $ de leurs parts. Et dernière « information » en date, elle serait connue pour ses services de prostituée du Sofitel depuis qu’elle y travaille.

    Peu importe que ces données soient vraies, elles sont d’une toute autre ampleur que ton propre récit, et ton parcours de vie Daria, serait trop léger et dans la « norme » que pour te décrédibiliser.

  2. Tu t’en contretalques de mon avis, mais je voulais dire juste merci: dans la pléthore d’articles divers et variés sur cette histoire ton post est l’un des 3 seuls à ne pas m’avoir donner envie de tout péter/de gerber/de chialer 🙂

    Comme souvent d’ailleurs quand je lis tes posts 😉

  3. Post très intéressant 🙂

    Cela fait déjà quelques temps que je lis ton blog, mais cette note m’a poussée à réagir, pour une fois. Je trouve que c’est peut-être bien le seul article, en ce qui concerne cette affaire, qui soit marqué par une réflexion, ou du moins le seul article dont la réflexion me semble réellement intéressante, et non pas rabâchée mille fois. ^^
    Après, bien entendu, il y a une différence d’échelle entre des vernis volés (ben tiens je ne voudrais pas qu’on me le reproche non plus), des soirées trop arrosées, et la réalité des faits découverts… (même si en ce qui me concerne je trouve ça étonnant qu’ils aient mis un mois à trouver tout ça ..)
    En attendant, cette demande d’impartialité est bien menée, dans le cadre d’une affaire beaucoup trop biaisée par les journaux –‘
    Juger le viol sans les vernis, en somme 😉

    Et aussi, je tiens à souligner ton écriture très agréable et fluide. Un vrai plaisir à lire !

  4. Edison : le message reste le même, ce dont tu parles à propos de Nafitassou n’a rien à voir avec la mythomanie et donc les faits qui nous intéressent, et elle ne peut pas être décrédibilisée juste pour cela.

  5. C’est marrant, j’avais pas perçu qu’on parlait de DSK moi… et je suis pas certain d’avoir tort.

  6. Affligeant de subjectivité et de parti pris. J’ai l’impression en lisant ce que tu écris que tu ne comprends rien au système judiciaire américain. Comment se fait il que tant de personnes ne comprennent pas que quand une personne ment aux jurés, elle perd toute crédibilité et instille un doute raisonnable en faveur de l’accusé. Dans tous les cas vous ne savez PAS ce qui s’est passé, c’est dur de prouver un viol, et c’est encore plus dur de prouver un viol quand on ment sur ce qui s’est passé autour. Et puis respecter la présomption d’innocence c’est bien aussi de temps en temps. Je n’arrive pas à comprendre ce besoin de mettre au bucher ceux que vous choisissez et jugez coupables. De quel droit d’ailleurs ? Vous êtes qui pour vous permettre de faire ça ? Franchement la moindre des choses que l’on devrait faire c’est laisser les professionnels faire leur boulot et attendre la fin de l’affaire pour en savoir plus.

    C’est dit.

  7. Très bon texte et pensée très juste.

  8. Amokrane : on ne parle pas de mythomanie mais de grand-banditisme. L’écoute téléphonique laisse peu de place au doute, ça va bien au-delà de la décrédibilisation, mentir au grand jury est un délit très grave, c’est elle qui risque des années de prison désormais.

    Ta cause est juste Daria mais tu as choisi une très mauvaise référence : l’affaire DSK est une calamité pour les victimes de viol.

  9. Mister D

    Laisser les « professionnels » faire leur boulot, on parle bien des professionnels qui ont décidé une fois pour toute depuis la nuit des temps que la femme, c’était le mal, et que quoi qu’elle dise, c’était des conneries ?
    Désolée, ta naïveté va être très très choquée, mais je te l’annonce tout net : tu n’as rien compris à ce que dit Daria Marx.

    Alors je vais l’aider à t’expliquer ce qu’elle veut dire, parce qu’une telle mauvaise foi, c’est exaspérant (et très répandu en ce moment) :

    Quand c’est « parole contre parole », quand le viol n’est pas filmé, n’a pas douze témoins, etc., la femme doit être absolument irréprochable depuis sa naissance pour être crédible.

    Ça veut dire que quand c’est parole contre parole, une prostituée, une fraudeuse de fisc, une voleuse, une dealeuse, une consommatrice de cannabis, une alcoolique, c’est considéré comme NE POUVANT PAS ÊTRE VIOLÉE, puisque pas crédible.

    Même si le violeur est un menteur, un voleur, un dealer, un sérial harceleur (si, si, DSK, dixit tous les journalistes ces derniers temps), etc.

    Alors quand on a été violée, si on n’a pas un passé de sainte, on ne peut pas faire grand-chose d’autre que mentir. Tout en prenant le risque d’être découverte. Et donc de perdre sa « crédibilité ». Ce n’est pas la faute de toutes ces vilaines menteuses, c’est la faute d’un système qui rejette au préalable la responsabilité du viol sur la violée.

    Bref, pile tu perds, face tu gagnes pas.

    Si j’étais violée aujourd’hui, je ne porterais pas plainte. J’ai fait bien trop de conneries, et il y a des souvenirs qui me pousseraient au suicide s’ils sortaient dans un tribunal.

    Tu crois que tu peux comprendre ?

    Un lien d’utilité publique pour ceux qui ont envie de comprendre :
    http://stopauxviolences.blogspot.com/2011/07/la-nausee-article-de-la-dre-muriel.html

  10. Merci Sola 🙂

  11. A Edison : « On ne compare pas des pommes et des poires, Nafissatou ferait partie d’un réseau de narco-trafiquants, elle aurait reçu des centaines de milliers de $ de leurs parts. Et dernière « information » en date, elle serait connue pour ses services de prostituée du Sofitel depuis qu’elle y travaille ».

    Ah bon ? Mais même une narcotraficante prostituée peut être violée ! L’un n’empêche pas l’autre ! Si on doit accuser N.D. de narcotrafic qu’on lui fasse un procès là-dessus ! C’est sans rapport et c’est ce qu’explique DariaMarx justement ! Et si N.D. se prostitue, elle a pu être violée et violentée tout pareil !

  12. Euterpe : j’énonçais ces données pour comparer avec le récit de Daria et je constatais ensuite qu’il y a un monde de différence entre les 2. Tu as mal compris mon premier commentaire.

    Quoiqu’il en soit, ces discussions se rapportant à l’affaire DSK sont dépassées.

  13. A Edison : c’est toi qui le dit mais cela n’en fait pas une vérité.

  14. Ouaip Daria.
    Tiens, je te mets un lien :
    http://kevinisinthemailbox.blogspot.com/2011/07/nan-mais-je-te-ferai-un-truc-bien-plus.html
    Bisous

  15. @Ras le bol, je comprend très bien ce que Daria écrit, je te remercie de t’en inquiéter, mais c’est inutile. Je comprend aussi ce que tu dis.

    Cependant je ne suis pas d’accord. Dans une telle affaire de « parole contre parole », oui il me semble normal que l’accusation ne mente pas au procureur, aux jurys, et au juge.

    Comment tu veux avoir une quelconque crédibilité par la suite ? Après je peux aussi comprendre qu’on n’ai pas envie d’exposer sa vie dans un tribunal, mais quand on jure sous serment de dire rien que la vérité toute la vérité on s’engage à être honnête, même si c’est désagréable. Et ça devrait rester confidentiel, bien que je ne pense pas que la confidentialité soit vraiment un soucis de la supposée victime étant donné le déballage obscène du viol que fait son avocat dans ses discours.

    Bref ce que je veux dire c’est que avec ce système de juré, même une prostituée peut porter plainte pour viol, on ne juge pas ses mœurs, et c’est bien là où tu te trompes, mais sa bonne foi. Et peut importe si l’accusé est riche, puissant, a du pouvoir, cela ne change rien, au contraire. L’important étant qu’il faut dire rien que la vérité, toute la vérité. Tout le monde sait que même une prostituée peut être violée, ou que même un président du FMI peut être un violeur, ce n’est pas ça le plus important, arrête de prendre les jurés pour des billes. N’empêche que quelqu’un qui ment est (reste?) un menteur.

    C’est quand même un comble, tu la défends de mentir alors qu’elle porte une accusation extrêmement grave, de viol, où sa parole consiste l’élément central de l’accusation. Ce n’est pas cohérent.

    Dans tous les cas ce que je comprend c’est que tu n’as pas compris grand chose. Si tu es été violée ajd, tu ferais une bien plus grave connerie que celle que tu as faites pas le passé en n’allant pas porter plainte, crois moi.

    Anyway, je ne sais pas si cette dame a été violée, je ne sais pas si DSK est un obsédé, un coureur de jupon, un violeur, ou juste quelqu’un à la réputation surfaite et exagérée. Je n’en sais rien. Ce n’est pas à moi d’en juger. Je me ferais une opinion + tard quand l’affaire sera plus claire.

    Pour finir, je trouve très bien la rémarque de @Edisson : « Ta cause est juste Daria mais tu as choisi une très mauvaise référence : l’affaire DSK est une calamité pour les victimes de viol. » Pour un sujet aussi grave que le viol, défendre Nafissatou Diallo qui ment plusieurs est en effet une très mauvaise cause / réfèrence. Un peu comme toi qui dit que tu n’irais pas porter plainte pour viol si tu devais dire la vérité à un tribunal. Je crois qu’il n’y a pas pire exemple, qu’on touche le fond là. Quelle triste exemple et quelle tristesse…

  16. Merci
    J’ai passé plus de 4 heures vendredi dernier à tourner le clavier 7 fois dans tous les sens pour essayer de dire ma colère face à ce que certains appellent le « système judiciaire américain » auquel je ne comprend pas grand chose non plus dans son rapport avec la justice et qui restreint sacrément les possibilités de plainte pour viol…
    Bref.
    Je ne vais pas passer à nouveau 4 heures à rédiger ce commentaire.
    Bravo pour ce texte tellement à contre-courant des perroquets de partout !
    Sourire

  17. Mais Mister D, je n’en ai rien à faire de mon exemplarité, je cherche juste à survivre dans un monde où je dois passer mon temps à m’excuser d’être né. Alors non, clairement, tu ne comprends pas.

    Dans les exemples évoqués, justement, Nafissatou Dialo a reconnu avoir menti pour rentrer aux EU, a reconnu avoir poursuivi son mensonge au début pour rester cohérente (témoignant ainsi d’un certain sens de la logique), et a reconnu avoir menti (ou s’être plantée, voir le lien que je donne plus haut, entre autre sur la perte de repères spatio-temporels en cas de viol) sur son emploi du temps après avoir malencontreusement glissé bouche en avant dans le sperme de DSK.
    Donc, justement, elle a dit la vérité, là. Tu vois ce que ça lui apporte ? Quand elle dit la vérité, elle est lâchée. Ça fait réfléchir.

    Le problème quand on n’est pas parfaite et que c’est parole contre parole, c’est que soit on parle de son passé et on est attaquée sur sa moralité, soit on ment et on est attaqué sur sa crédibilité. Dans les deux cas, c’est mort. Je ne vois pas très bien comment tu peux nier ce problème sans une totale mauvaise foi (ou encore une fois une naïveté confondante).

    Si je veux bien qu’on décrive dans un tribunal les saloperies qu’un violeur m’aurait fait subir (dont je n’ai pas à avoir honte), il y a quantité de chose dans mon passé qui seraient jetées en pâture et utilisées par la défense pour prouver mon absence totale de moralité, donc pour prouver, « parole contre parole », qu’il n’y a pas eu viol, mais consentement.

    S’agissant de ce que tu dis là :
    « Dans tous les cas ce que je comprend c’est que tu n’as pas compris grand chose. Si tu es été violée ajd, tu ferais une bien plus grave connerie que celle que tu as faites pas le passé en n’allant pas porter plainte, crois moi.  »

    Tu viens clairement de montrer que tu n’as pas lu le lien que j’ai proposé, ou pas jusqu’au bout, alors je vais te le résumer : il montre à quel point les victimes « parole contre parole », voire avec plus d’arguments, regrettent d’avoir porté plainte, vu ce qu’elles ramassent ensuite (dix fois, cent fois pire que le viol).

    Tant que la plainte pour viol fera encore plus mal que le viol lui -même, alors, en effet, je ne porterais pas plainte si ça m’arrivait aujourd’hui, et je déconseille de le faire. La justice ne fait qu’achever celles qui s’y risquent.

    C’est ce qui va arriver à Tristane Banon, et j’ai beaucoup de peine pour elle. Et je salue son immense courage, parce que elle a déjà ramassé des tombereaux d’insultes depuis que DSK joue avec sa quéquette dans les chambres d’hôtel, alors qu’elle n’a rien dit, elle, depuis : ça remonte à Ardisson il y a des années, ce n’est pas elle qui l’a ressorti. Eh bien tout ça, ce n’est rien à côté de ce qu’elle va prendre maintenant. J’espère qu’elle est solide et bien entourée.

    Tout ça, c’est apparemment très loin de tes principes purs, honnêtes et droits, mais c’est la réalité. Effectivement, la réalité touche le fond, comme les victimes de viol.

    Maintenant, je vais prendre le large, parce que pour moi, tout ce bordel, ce n’est pas des discussions de café de commerce, c’est du concret et des souvenirs abominables, qui continuent leur travail de sape trente ans après. Il faut que je fasse un break, cette histoire et les réactions immondes qui l’accompagnent commencent à me donner des envies de meurtre. Oui oui, je me soigne, ne vous en faites pas pour moi.

    Daria Marx, merci à toi pour ce moment de compréhension mutuelle.

  18. Ah flute, « d’être née, » bien sûr…

  19. Bonsoir,

    Votre post m’a réconforté dans la mesure où il reste des gens sensés sur cette planète, et je partage votre avis.

    A ceux qui critiquent votre point de vue : d’avoir un passé trouble ou des relations douteuses, cela condamne-t-il un droit a être défendu d’une agression quelle puisse être?

    Faudrait-il être parfait pour avoir droit à une justice? N auriez-vous pas menti à la police sur vos activités passées ou présentes si elles étaient immorales ou illégales et qu elles pouvaient vous amener de gros soucis?

    Ne sommes pas tous égaux face à loi? Étrange et pourtant…

    Dans notre société n’est ce pas naturel de vouloir faire payer une personne qui vous a fait souffrir?

    J’aurais été une femme, et j aurais été violée, la rancœur et mon sentiment de vengeance m’auraient poussé certainement à dire à une personne chère : « il a de l argent il va payer, voire même je vais ruiner sa vie » même si ça n aurait pas calmé ma haine ni atténué mon traumatisme..

    N est-ce pas souvent finalement ce sentiment de vengeance légitime dans notre société qui pousse les gens à porter plainte et demander des dommages et intérêts dans de nombreuses affaires criminelles ou civiles?

    Pareil pour la prison, et rares sont ceux qui pensent objectivement à enfermer une personne pour qu’elle ne nuise pas à une autre.. pourtant ça ne choque personne..

    La vengeance satisfaite de parents qui voient par exemple le meurtrier de leur enfant partir en prison. Maigre consolation qui n effacera jamais le mal commis, mais qui donnera l illusion d’une justice, il en va de même pour les dommages et intérêts.
    Qui pourrait penser que recevoir un chèque fera disparaître le manque?

    On a tous commis des erreurs, plus ou moins grave. Nous sommes nombreux à avoir des secrets pas très glorieux secrètement gardés qui pourraient nous attirer de sérieux problèmes ou nous ridiculiser, est-ce que cela nous prive d’une justice?

    Une dernière chose… Retournons la situation.. Imaginons des pervers / criminel enquêtant sur des victimes au passé/présent louche /et ou peu glorieux qui ne pourraient avoir accès à la justice.. Imaginez le massacre!

    Quelque soit la vie des plaignant (ses mensonges et arnaques compris), toute affaire doit être présentée à un tribunal sinon ce serait un appel au meurtre/ crime / viol / agression sur toute une frange de la population « non clean »

    Bonne chance pour votre blog et bonne soirée

  20. Oui ND a menti. Oui, elle veut du fric. Oui, il y a des incohérences dans son récit. Oui, sa vie n’a pas la clarté qu’on peut espérer. Oui, je suis un mec, blanc en plus. Même un peu misogyne en rab’. Mais…

    Mais penser qu’on peut se prendre ce qu’elle s’est pris dans la gueule sans de la colère, de l’impulsion, des pertes de mémoire partielles, de la confusion… faut ne s’être jamais fait agresser. Et être un peu con en plus.

    Mais penser que l’on peut déposer plainte pour une agression, sexuelle en plus, sans avoir la rage de faire payer celui qui a cherché à vous détruire partiellement ou totalement alors qu’il est évident que si le mec en face est riche on va s’en manger en retour, faut vraiment vivre dans un environnement TRES protégé et disposer d’un avocat payé au mois. Et être un peu con en plus.

    Mais imaginer qu’elle a pu survivre dans sa vie de femme, noire, pauvre et immigrée pas trop légale sans des oublis, des arrangements pas toujours légaux, des mensonges volontaires ou non, des réflexes de survie avec ce que ça implique de négation de détails… Faut vraiment être né avec une cuillère en or dans la bouche, avec un bon confesseur et les relations nécessaires pour effacer les traces. Ou faut être vraiment très con… et amnésique en plus.

    Merci Daria Marx pour ce qui est un des (si pas « le ») meilleur post que j’ai lu sur ce sujet. Je reviendrai avec plaisir. Et merci à La Loute pour l’adresse.

  21. @Tom : votre commentaire est intéressant mais il est justement regrettable de commencer par un « il reste des gens sensés sur cette planète » qui sent fort le « c’était mieux avant » du PMU du coin de la rue… J’ose espérer qu’il ne s’agit que d’une « formule littéraire » 😉

  22. @ras le bol (et autres) : Ce n’est pas un peu contradictoire de dénoncer le fait qu’une jeune femme est actuellement jugée sur ses antécédents, en pointant du doigts les lourds antécédents supposés de son supposé violeur ? Alors finalement, on en tient compte ou on n’en tient pas compte, des antécédents ?

    @Daria : Joli point de vue sur le traitement des antécédents d’un individu… Même si la voix est celle de la victime, je trouve dommage de s’être contenté d’une petite phrase (« Il vous faudra bien sur exercer la même retenue avec l’homme que j’accuse, c’est après tout votre métier ») pour préciser la neutralité du regard sur les deux parties…

  23. Tous ces commentaires me font bien rire en fait.
    Dans cet article, Daria a tenté de « rendre justice », de montrer ce qui ne fonctionnait pas dans cette affaire. Elle n’est pas idiote que je sache, donc elle sait très bien que les mensonges passés de N.D. diminue sa crédibilité vis-à-vis des jurés. Daria s’adresse ici au Procureur et parle des journalistes. Ce qu’elle veut montrer c’est qu’ils ont une responsabilité dans le système médiatique de cet affaire, et qu’ils doivent assumer les jolis conditionnels qu’ils utilisent pour parler des mensonges présumés de N.D.

  24. Je voulais remercier tout particulièrement Ras le bol pour le lien, son commentaire, celui aussi de John V Doe, et bien sur le texte de Daria…
    Je ne saurai mieux m’exprimer, vous avez tout dit.

    Tout cela fait partie de la conscience collective. Je vais juste relever un point, chaque jeune fille apprend qu’elle doit être sexy pour être une vraie femme, mais pas trop car si elle se fait violer c’est de sa faute. Pourquoi ai-je retiré mes talons aiguilles pour chausser mes baskets avant d’appeler le 17 sinon ? Je les ai vus vérifier mes jambes nues en arrivant.

Leave a Reply

Get Adobe Flash player