Les chinois.

Juil 14 2011

Parfois je me demande si les chinois sont sérieux. Pas tous les chinois. Pas la Chine. Mais « les chinois ». Ceux qui vendent des chaussures en plastique fabriqués par des enfants cancéreux dans des usines du Sud des Provinces du Levant. C’est même pas raciste en fait. J’ai pas envie de leur faire du mal, de brûler des croix dans leurs jardins ou de violer leurs femmes, ni même de les bouter hors du territoire. Je ne sais juste pas comment les appeller mieux que ca. Les-commerçants-au-détail-d’origine-asiatique-spécialisés-dans-la-vente-d’accessoires-de-mode-de chaussures-et-de-dessous-en -polyester-expansé. C’est plus précis. Plus politiquement correct aussi. Au final ca change rien à la question que je pose. Si j’étais journaliste d’investigation dans une émission populiste, genre Zone Interdite, je partirai, caméra au poing, dans les plaines polluées et les villes surpeuplées là bas très loin, pour voir les traffics et les usines, les matières premières dans tes fausses Birgenstock et dans ton sac à main en plastique. Parce que toutes ces boutiques, toutes ces enseignes, sont les mêmes. Les chaussures rangées en colonne au milieu du magasin, les paires à 5 euros, à 10 euros, les sacs qui pendent sur des crochets au mur, et les bijoux en toc à la caisse, pour assurer le dernier achat d’impulsion. Y’a comme une franchise qui ne dit pas son nom, un code à respecter, une charte organisationnelle à mettre en place. Tu seras chinois-à-chaussure, mon fils, mais pas n’importe comment. Ne va pas attirer la honte sur ta famille en rangeant les boots léopard à 15 euros entre deux faux Birkins en plastique.

Je me demande s’ils sont sérieux. Pas à cause de leur vilaine came ou de leurs marchandises éthiquement compromises. C’est pareil partout. Les mêmes merdes. Dans les hypermarchés, dans les boutiques sur Internet, chez les commerçants à l’ancienne, chez H&M. Il n’y a que les gens riches pour préférer acheter une jolie pièce de qualité, un pull en cachemire par exemple, des chaussures en cuir véritable, plutôt que 15 t-shirts floqués et 3 paires de ballerines en plastique. C’est de la faute des pauvres, tout ca. C’est de ma faute. On aura les mêmes, mais pas pareil. On a pas la marque, mais on fait vaguement illusion. On se déguise avec nos nippes copiées. Qui continuent quand même à coûter la peau du cul. 20 euros un t-shirt, pourquoi pas. Ca fait jamais que 150 balles. Une paire de baskets, 80 euros,  550 francs. Ca commence à chiffrer. Mais c’est normal. Tout le monde le fait. Les pauvres et puis les riches. Tous pareil. Qu’est ce qu’on peut faire ? Je parle même pas des fringues grande taille, où le moindre legging te fait vendre un rein. C’est le prix du tissu supplémentaire madame, faut comprendre, et puis les machines spécialisées, faut payer, parce que t’es gros, faut pas trop la ramener. Alors on fait comme les copines, on achète les même merdes, mais ailleurs. A des plus gros qui ont compris qu’on avait un peu de sous à leur filer, et qui ont les moyens d’ouvrir des lieux de production dans des pays sous-développés. Inde, Pakistan, Chine, Ceylan, Madagascar. Ca ferait des jolies photos de destination sur vos blogs mode. Vous êtes bien parties vous tremper les pieds chez les riches au Kenya, voyage sponsorisé pour poules de luxe, poudre aux yeux pour occidentales obnubilées, séjour garanti 100% sans pauvreté. Envie de gerber. En Roumanie, dans ce campements de Rom, MelodyModeuse porte une jupe ZAZA, un top loose en chanvre LESPETITSTOPDEMAYMAY, et des tropéziennes de St Tropez. Allez bien vous faire enculer.

Je me demande s’ils sont sérieux, parce qu’ils ont toujours l’air de se foutre de tout. De leurs clients surtout. Ils ont capté que leur came partirait, avec ou sans service client, sans vendeuse obséquieuse qui s’acharne à te convaincre que ce sarouel façon couche de bébé léopard-liberty te va à merveille, qu’il faut vraiment l’acheter, sous peine de passer tout l’été pour une modasse dégénérée. Personne pour te dire que tu es magnifique, pour te dire des mots doux sur tes bourrelets « quasi invisibles c’est juré », personne pour te donner du « ma chérie tu m’as tellement manqué » dès que tu passe la porte. Tout le monde s’en fout. Juste tu déranges pas trop les piles quand tu cherches ta taille dans les baskets en toile, tu chourres rien, et tout se passera bien. Faut pas s’attendre à avoir une réduction si t’achète en masse ou si tu fais du charme au caissier. Y’a pas de négociation chez les chinois. Nothomb qui dit que c’est une race cruelle.  Je dis juste qu’ils sont les nouveaux Ronald Mc Donald précédemment opprimés. En plus triste, en plus résigné. De nouveaux clowns impérialistes tristes, surs d’eux, prêt à nous gaver, les idiots pauvres et peu savants, hypnotisés par notre reflet dans les sequins de nos nouvelles bottines fourrées.

13 responses so far

  1. Je pense exactement la même chose, c’est flagrant au moment des soldes. Des piles, des montagnes de trucs made in china, achetés juste exprès pour nous faire croire que c’est des soldes… Je me suis achetée des fausses Birkenstock violettes, une pure merveille je croyais… J’ai du les jeter tellement elles puaient le produit chimique, mes pieds étaient tout échauffés et si je les laissais près du lit j’attrapais la migraine. Total 20 euros à la poubelle au bout de 15 jours…. Je commence (oui oui il est temps) à me dire que je vais acheter moins mais de bonne qualité. Pas facile en grande taille en plus. Moi j’adore les trucs de marque bretonne fabriqués en bretagne, tu vois ? Et bien franchement leur taille 8 me déçoit… Et ça ne va pas au-dessus. Donc leur taille huit c’est un 46/48 maxi à mon avis, et les autres elles n’ont pas le droit à une petite marinière ?!
    De toute façon il devient difficile d’acheter qq chose qui ne soit pas fabriqué en chine, le monde entier est au chômage à cause d’eux ! Pourtant ils sont loin d’avoir tous accédé au niveau de développement minimum… Va comprendre quelque chose à la mondialisation !

  2. Un article super qui retranscrit tellement bien ma pensée! Alors merci de l’avoir écrit et encore Merci.
    Par contre je souhaite rectifier quelque chose dans le commentaire de MOUNE:
    « le monde entier est au chômage à cause d’eux ! »==> Alors je dirai tout simplement que ce n’est pas de leur faute mais bien de la nôtre. Pourquoi nos entreprises envoient-elles tout notre travail là-bas ?

  3. Je pense la même chose que toi aussi et je me demande toujours: comment acheter autrement sans braquer la banque?

  4. @ Hanna: en achetant mieux, mais moins? Ça s’appelle la décroissance (plus ou moins) et c’est top à la mode tendance si jamais. De toute façon, n’est-il pas dit que « le bon marché est TOUJOURS trop cher »? Moi je trouve que ça se vérifie souvent. Et j’aime bien beaucoup les BirKenstock Daria, les vraies avec un « k », pas un « g » 😉
    @ Daria: ça me chiffonne, c’est pas grave, mais dans « La seule adresse a taper en gras », ça devrait pas être un « à »? Je sais bien que tu ne veux rien nous vendre, mais ceci pourrait tout de même t’intéresser: http://www.slate.fr/lien/41129/fautes-orthographe-commerce-internet
    Sinon, j’adore le ton et le reste.

  5. Le template wordpress que j’ai choisi n’autorise pas les accents pour cause de Made in the USA. Mais merci bien.

  6. Pourquoi ne pas être tombée plus tôt sur ce genre d’endroit ? Une « blog mode roll » peut être trop envahissante ? Arf… Peu importe je m’en vais de ce pas lire le reste. Merci et bravo.

  7. Ah c’est au Kenya qu’elles vont se faire enculer !? On dirait pas sur les photos.

  8. C’est juste brillant, alors merci

  9. Voilà une vision bien européenne, bien francaise de consommateurs frustrés…

  10. Trolls Will troll.

  11. Peut-etre qu’on pourrait juste arreter d’acheter, acheter, acheter.

  12. Tu te plains de qui réellement ?
    D’abord des chinois, qui ne font qu’essayer de payer leur loyer comme tout le monde – puis des pauvres, puis des riches.
    Parce que oui, les chinois de chine, qui font travailler les enfants en chine (qui sont à blâmer, eux) c’est pas forcément le gérant d’un magasin à Belleville qui cherche juste à survivre. Et les consommateurs ? les gamines de 10-14 qui ne résistent pas à l’appel d’une paire de ballerines à 5 euros, pour la plupart. Quand on as 20 ans on a quand même les moyens de se payer mieux qu’un chinois, en général.

    Pour ton dernier paragraphe, je me demande si c’est toi qui est sérieuse. « Personne pour te dire que tu es magnifique, pour te dire des mots doux sur tes bourrelets « quasi invisibles c’est juré » […] »
    Alors c’est ça que tu veux? qu’on te mente pour te faire acheter plus et plus cher des choses qui ne te vont pas ? Il faut qu’on te rassure, que tu te sentes aimée par n’importe qui ? Une vraie frustrée.

  13. Cher Anonyme, au mail tronqué, qui n’a même pas la couille assez velue pour un pseudo s’inventer,

    Je pense que tu ne sais pas lire.

    Bizoux.

    D.

Leave a Reply

Get Adobe Flash player