Archive for octobre, 2014

Pas mort d’homme

Oct 31 2014 Published by under Non classé

(TW : violences sexuelles)

Il suffit que la parole se libère, qu’une seule ose dire, pour que les autres, timidement, racontent, moi aussi, elles aussi. Elle aussi se souvient de cette nuit de chantage où il questionnait, demandait, boudait, grognait, tonnait, parce qu’elle avait ses règles et qu’elle ne souhaitait pas avoir de rapports sexuels. Elle se souvient de l’érection du garçon malgré ses refus, des yeux tristes de l’homme, pourquoi tu ne veux pas me faire plaisir, on se voit pas souvent, on est bien, juste une pipe, c’est rien. Et puis elle y a été, comme on part à l’usine, les gestes mécaniques, pour que ca cesse, pour qu’elle puisse dormir, elle a posé sa bouche sur le sexe et elle s’est laissée pénétrer, la gueule bien ouverte, la tête bien vide, ne pas y penser, cela va bientôt s’arrêter. Ce n’est pas du viol, elle n’aura pas assez dit non pour que la loi lui permette de se penser victime, c’est n’est pas du viol, elle n’aura pas crié, ca ne se passe pas dans un parking, son assaillant n’est pas ganté. Ce n’est pas du viol, et pourtant elle se souvient, les moments d’avant et ceux d’après, et le silence, pendant.

C’est aussi quand il la retourne. Quand il saisit ses jambes pour la faire valser, quand il écarte, quand il déchire les chairs pour se servir, pour utiliser. C’est aussi quand il l’embrasse, ses dents sur sa langue, trop fort, quand il la serre, c’est aussi par derrière, elle ne veut pas, tant pis, il glisse, il ne le fait pas exprès, il aura ce qu’il veut, qu’est-ce que ça coute, un peu de sang dans la culotte le lendemain, les dents qui grincent, les souvenirs surtout. Ca la prend n’importe quand, dans le métro ou au boulot, ça la prend comme un cri, ça la transperce, ça l’occupe complétement, ça la remplit. C’était rien pourtant, quelques minutes à serrer les dents, qu’est ce qui cloche alors, les poings serrés, la tête qui tourne, l’envie de mourir, tout de suite, arrêter de survivre. C’était rien, et pourtant chaque fois c’est plus violent, de se laisser faire, de compter les autres qualités, de faire l’index des bons moments, ceux qui devraient peser dans la balance, chaque pénétration comme une encoche dans le calendrier. Demain elle partira, demain elle le dira. Sauf qu’il est si gentil, toujours, parfois.

On n’a jamais dit qu’on pouvait dire non. On n’a jamais dit qu’on pouvait se lever et partir. On n’a jamais dit qu’on pouvait hurler, s’enfuir. On a dit qu’il fallait faire des compromis. Que c’était ca le couple. On a dit que les hommes préfèrent les femmes « libérées ». On a dit que le viol, c’était pour les salopes. Que ça n’arrivait pas chez soi. Qu’on l’avait bien cherché. On a dit que le sexe pouvait être violent. C’est la mode il paraît. Les bleus aux corps, comme dans 50 Shades of Grey. Et puis il n’est pas que ca. C’est un bon ami. Un frère attentif. Tout le monde l’aime Qu’est ce qu’ils diraient, les autres ? Qu’elle invente. Qu’elle rajoute. Qu’elle veut se venger. Qu’elle n’est pas très stable depuis qu’elle prend des cachets. Que les garçons sont des chiens fous. Qu’il faut pardonner, qu’il n’y a pas mort d’homme. Pas mort d’homme non. Juste des milliers de femmes, pas tout à fait mortes. Pas tout à fait violées. Pas tout à fait victimes. Des survivantes. Qui pour certaines ne savent pas qu’elles ont le droit d’exister.

Il est urgent d’expliquer aux femmes que rien n’est à supporter. Que toute violence sexuelle, même si elle ne rentre pas dans le cadre strict du viol légal, est une violence de trop. Nos partenaires ne sont pas les décideur.ses uniques de nos sexualités. Personne n’est légitime à imposer une sodomie, une fellation, une manière de provoquer l’acte sexuel. Si les hommes continuent à nous violer, si les hommes continuent à refuser de déconstruire leur virilité et leur rapport au sexe, apprenons ensemble à refuser, ne comptons pas sur leur bonne volonté. Donnons-nous les armes de l’auto défense. Et ca commence par trouver en nous la force immense de nier des années d’éducation genrée à l’obéissance. Ca commence par un NON, qu’on murmure avant de le hurler. Ca commence par la prise de conscience bouleversante que nous, meufs, sommes enfin libres de nos sexes, libre de les utiliser ou de les refuser, libres de vivre libérées de la norme d’une sexualité imposée depuis des siècles par les hommes. Ne supportons plus les allusions, les regards salaces. Ne supportons plus les gestes déplacés. Ne supportons plus la culture du viol et son imagerie sexiste. Ne supportons plus les pratiques dégradantes et non consenties choisies par nos partenaires. Refusons en bloc, toutes, chacune. Ne laissons plus passer la moindre violence faite aux femmes.

9 responses so far

Dear Kenza

Oct 28 2014 Published by under Non classé

Ce billet est pour Ma.

Salut Kenza,

On se connaît pas hein, tu pardonneras ma familiarité, mais t’es une blogueuse, y’a ta vie tout partout étalée, alors j’ai l’impression de te connaître, ta famille, ta vie privée, tes déménagements, ton taf, je pourrais écrire ta biographie, hésite pas si t’as besoin, je suis pas chère et je fais ça bien.

Moi les blogueuses modes, j’ai vraiment du mal, avant y’avait les mannequins et les célébrités, ca suffisait déjà à faire de jolis portes manteaux normés pour les marques et leur business, quand j’étais ado, pas de blogueuses mais on voulait toutes une doudoune Chevignon quand même, le marketing marchait. Et puis des nanas se sont mises à écrire sur leurs fringues et sur leur rouges à lèvres, et les marques ont marché, alors les nanas se sont toutes mises à écrire sur leurs fringues et sur leurs rouges à lèvres, c’est devenu l’étape qui précède le casting en télé réalité, on est blogueuse mode comme on est chroniqueuse à Télé Matin, on a du standing, de l’audience, et puis la thune, qui pousse à foutre son nom sur des montres moches ou sur n’importe quoi. On a pas encouragé trop les nanas à avoir des blogs de littérature, d’actualité ou de politique tu remarqueras, ce qui marche, c’est la beauté ou la cuisine, la salle de bain ou la cuisine, tout ça pour ça.

Y’a une évolution, et toi tu es en plein dedans, c’est le blog lifestyle. Tu nous montres plus ta penderie Ikea et tes trouvailles à la braderie, tu nous vends carrément ton mode de vie, tu poses des filtres jolis sur tes vacances de rêve ou sur ton appart cosy du Marais, ta famille, ton mec, tes ami-es, tous sont les satellites de ta marque, c’est la Kenza Holding International du style. Vu de chez moi, ca fait surtout de la peine, et c’est poseur et vulgaire, mais chacun son truc. Et on ne sait pas trop pourquoi, parce que t’as pas tellement de talent d’écriture ou de photo, mais ca fonctionne, t’as donc des talents, tu t’en sers, bien joué. Et puis faut dire que t’es bien née, avec un réseau qui permet les plus jolis contrats et les rencontres les plus fructueuses. Ca aide. Ca doit être vachement plus compliqué d’être blogueuse lifestyle quand tu vis en HLM à Tourcoing. Enfin ca doit demander beaucoup plus d’imagination quoi.

Bref, c’est pas ma came, mais je ne suis pas mieux que les autres, je regarde, je critique, je visite. Je vais pas faire la révolution pour l’interdiction du haul, je vous laisse faire votre truc tranquille, après tout, si des entreprises bouffonnes sont prêtes à mettre 5000 balles dans trois photos de vous en train de bouffer des boulettes dans un restaurant à la con, qui suis-je pour objecter. Je me prends à rêver qu’après la révolution, comme on dit dans le jargon, tu verras la lumière, que tu renieras le capitalisme et ses œuvres, que tu feras ton retour à la terre pour y faire pousser de la lavande médicinale. Mais là aussi tu serais capable d’en faire un onguent trop hype pour pointes sèches et de le vendre sous le manteau à des bourgeoises déprimées. Va falloir re-éduquer tout ca.

B1CFYi-IAAAzacX.jpg large

Y’a quand même un moment où tu pousses le bouchon un peu loin. Aujourd’hui par exemple, tu collabores avec la marque Ralph Lauren. Tu poses sur instagram avec un joli bonnet RALPH de la collection dédiée à aider les patient.es atteint.es de cancer. Et tu penses à ta vie. Aux malades. A ce que ton cœur désire. Et tu te fends d’un petit commentaire bien inspiré : « Cette année je promets de me donner plus de temps pour mes projets personnels (prendre le temps de passer mon permis, m’acheter un appartement) sans oublier mes objectifs professionnels. ». Tu vois, t’es quand même en train de faire de la communication autour d’une putain de maladie, le cancer, et plus particulièrement le cancer du sein, cette horreur qui décharne les poitrines et qui fait couper les seins, qui fait crever les mamans et les amantes. Pas un rhume, un mal qui t’oblige à te faire injecter de la merde radioactive dans les veines, qui te fait vomir, qui te force à arrêter de bosser, à perdre tes revenus, ta vie sociale, qui pèse sur tes épaules mais aussi sur les moyens et sur le moral de ta famille et de tes proches.

Alors tu vois, les malades du cancer, et plus particulièrement les malades du cancer du sein, je suis sure qu’ils.elles kifferaient pouvoir prendre le temps de s’acheter un putain d’appartement dans le putain de quartier le plus cher de Paris, je suis même sure qu’elles kifferaient avoir les sous et le temps pour mettre des bonnets moches et roses et pour se foutre sur Instagram avec, mais la réalité c’est qu’elles te gerbent dans la capuche et qu’elles t’étouffent avec. Chère Kenza, quand on a la chance d’être privilégiée comme tu l’es, quand on met sa vie en scène pour son audience, pour son public, on pense à qui on s’adresse, vois tu. Et là, c’est très clair, t’en as rien à foutre des malades, tu leur pisses à la raie, ce qui t’intéresse c’est d’avoir l’air cool en néon rose et d’avoir du like sur tes réseaux sociaux pour pouvoir revendre plus cher ta prochaine prestation de social media style and design and ta mère expert.

T’en as rien à claquer de l’état des hôpitaux en France, du salaire qui perd 2/3 de son montant quand t’es en longue maladie, t’en as rien à foutre des cathéters qui arrachent la peau, de la prévention et des camions à mammo. Toi tu vas t’acheter un appartement et passer ton permis, et après tout pourquoi pas, fais le, j’en ai rien à foutre, vis ta vie loin de la mienne, tant mieux. Mais putain, arrête de faire semblant d’être impliquée, cesse la posture de Lady Di de la blogo, tu veux des tunes et de la notoriété, la prochaine étape c’est quoi ? aller serrer sur ta blouse Fendi des bébés morts d’Ebola ? Sans déconner pour qui tu te prends, à quoi tu sers là, avec ton bonnet de merde et ton commentaire indécent sur ta vie trop belle, sur le fait de prendre du temps pour toi alors que les malades n’en ont pas ? A quoi tu sers meuf ? A rien. Voilà.

104 responses so far

Ma grand mère

Oct 02 2014 Published by under Non classé

Ma grand-mère se tourne et se retourne sur le drap jaune de l’hôpital. Elle n’est pas vraiment là, mais ca ne se voit pas. Elle se ressemble pourtant, les mêmes rides, la même mèche trop blonde, le même air pincé. Sa chemise de nuit s’ouvre sur ses cuisses encore fermes, je n’ai jamais vu le corps de ma grand-mère. Je n’ai jamais pensé qu’elle puisse avoir des cuisses, un sexe. Ma grand-mère est un monolithe de tweed, asexué. Je ne lui connais pas d’émotions amoureuses. Ma mère est arrivée dans la surprise. On croyait que ce n’était pas possible. Parce que ma grand-mère était stérile, ou parce qu’elle n’aimait pas son mari, le trouble reste. Ces mots, prononcés par mon grand-père, hantent ma mère depuis l’enfance. Ils rongent ma grand-mère aussi, qui  garde la naissance de ma mère comme un trophée. Elle avait réussi. Malgré le désamour, malgré les trompes bouchées, elle avait eu un enfant. Et personne ne pourrait lui enlever cela.

Ma grand-mère n’a plus de pudeur. Elle chie sur les draps jaunes. Elle attrape à pleines mains son sexe pour le nettoyer. Et quand elle n’y arrive pas, c’est à moi de finir. Ce n’est pas le contact de la chair qui me dégoûte. Ce n’est pas l’odeur pugnace de la merde mêlée aux désinfectants hospitaliers. La vision de son sexe, de ses poils longs et bruns, malgré les années, la réalisation soudaine que ma grand-mère a été une femme, desirante, aimante, que ce sexe aujourd’hui souillé a été pénétré, léché, caressé, l’électrochoc primaire de cette vie animale de son sexe contre les électrodes, les prises de sang, les machines, et la mort juste à côté. Voilà ce qui me dégoute. La prise de conscience immonde de l’arrêt possible de la vie, à tout instant. Malgré la fougue, malgré l’envie, malgré les précautions, malgré les médicaments, les projets et les rendez-vous, tout s’arrête. Et ma grand-mère, entravée parce qu’elle refuse d’être soignée, refuse de mourir, de toute sa puissance de femme, de tout son sexe, de toute sa merde.

Elle n’est pas morte, encore. Elle est rentrée chez elle. Elle ne se souvient plus de rien. De cette journée de vapeurs, de son impudeur, de ce qu’elle a dit, de ce qu’elle a fait. Elle se souvient qu’elle n’aime pas l’hôpital, même si on y est très bien. Elle est très digne, dans sa propre chemise de nuit. Elle s’inquiète de ses cheveux sales. Elle ne veut toujours pas se soigner. Elle en a assez. C’est fini, de mourir. C’est la vie maintenant. Il faut oublier, surtout ne pas en rajouter. Un infarctus, ne pas dire le mot. Un incident cardiaque. Un malaise, à peine. Et puis parfois, à la mauvaise heure, je vois l’angoisse qui la prend. Elle se couche sur son côté, les jambes pliées comme une adolescente boudeuse, elle râle. Contre le temps qui passe, et les copains du café qui ne montent pas, contre le sommeil qui la prend, et les journées qui n’en finissent pas. Ma grand-mère monte la garde, l’ankou s’éloigne, la mort peut bien essayer, elle ne l’aura pas, pas cette fois.

No responses yet

Get Adobe Flash player