Archive for juin, 2016

Guide du non militant : comment supporter les militant-es, ces hippies-punk-blousons-noirs

Juin 24 2016 Published by under Non classé

CW : ironie sur les liens entre militant-es et non militant-es

Félicitations ! Tu as dans ton entourage quelqu’un-e de militant-e ! Mais tu en as assez de le-la suivre sur les réseaux sociaux car il-elle parle toujours de la même chose ! Marre d’entendre sa rage sur l’injustice ? Assez de ses pleurs sur ses discriminations vécues ? Ras le cul d’écouter sa souffrance ? Pas envie de l’encourager dans son combat pour un monde plus juste ? Envie de légèreté sur son fil, plutôt que le rappel permanent du monde sexiste, raciste et homophobe qui nous entoure ? Trop des témoignages relayés de situations affreuses et pourtant réelles ? Pas de souci, ce guide te permettra de rester confortablement dans ta bulle de privilège sans te soucier du reste du monde !

1/ MUTE LE

Pourquoi s’embarrasser d’un Unfollow dramatique alors qu’on peut simplement faire taire de manière hypocrite les proches qui l’ouvrent trop ? N’hésite pas à employer cette tactique simple, le bouton existe sur Twitter, et sur Facebook, il suffit de choisir de ne pas voir les publications apparaître dans ta ligne d’info ! Et voilà ! Sans remous, sans engueulade chiantes et politiques, tu peux rester dans le confort de ton ignorance sans heurter l’hyper sensibilité hystérique de ton-ta proche militant-e !

 2/ ARRÊTE DE LE VOIR

Pourquoi ne pas y penser avant ? C’est simple non ? Arrête de voir cette personne toxique qui cague sur ton arc en ciel avec ses idées révolutionnaires ! Pourquoi diantre devrais tu te fader les diatribes enflammées et certainement utopiques de ce jeune blouson noir ? Cesse simplement de l’inviter le dimanche midi pour le poulet rôti traditionnel (il-elle est surement vegan de toute façon).

3/ SOIS OUVERTEMENT TOI-MEME

Mais oui alors ! quelle bonne idée ! y’a pas que ces excité-es de la manifestation qui ont le droit de dire ce qu’ils-elles pensent ! Tu n’es pas raciste, mais quand même, tu trouves qu’il y a pas beaucoup de blancs dans ta rame de métro ? Mais dis le bon sang ! Tu n’es pas de droite, mais quand même, ces syndicats de merde, ils bloquent tout le pays et ils empêchent les braves gens d’aller au turbin ? Affirme-toi ! Tu n’es pas privilégié-e, tu crois à la méritocratie, mais ton seul souci c’est de savoir si tu pars aux Baléares ou en Croatie cet été ? Défends ton droit à la richesse ! Ils ont qu’à bosser après tout ! Avec un peu de chance, le-la hippie-punk qui te sert de proche décidera par lui-même de ne plus te fréquenter ! Et hop ! Problème réglé !

4/ CHANTE DU FLORENT PAGNY

Marre de cette énième querelle familiale autour des allocations familiales ? Tu n’en peux plus d’entendre ton-ta militant-e de cousin-e défendre les pauvres ? Mets-toi simplement à hurler du Florent Pagny ! ET VOUS N’AUREZ PAS MA LIBERTE DE PENSER ! EN BOUCLE ! Parce que merde, chié, crotte, on ne peut plus rien dire dans ce pays, marre de la police de la bienveillance, si j’ai envie de dire de la merde et de chier sur l’humanité, J’AI LE DROIT. TU M’EMMERDES MAURICE AVEC TA LIGUE DES DROITS DE L’HOMME D’ACCORD ?

5/ DEDOUANE TOI DE TOUT LIEN AVEC L’INDIVIDU SUS MENTIONNE ET NON DES OUTRES

Lui ? Avec le keffieh là ? Non non, je ne connais pas. Sûrement un hurluberlu qui s’est perdu dans notre quartier cossu. Huhu. Elle ? La dame avec la pancarte qui me fait des grands signes. Non non. Elle doit me reconnaître, j’ai eu un encart dans Stars et Couronnes récemment. Hihi. Et voilà. En quelques petits mensonges sans conséquences, vous n’êtes plus affligé-es du boulet noir et rouge, votre image vous appartient à nouveau, vous êtes libéré-es, délivré-es, vous ne sentirez plus jamais la merguez et vous n’écouterez jamais plus Bella Ciao au réveil. La vie est belle non ?

2 responses so far

Pas pleurer

Juin 15 2016 Published by under Non classé

A force de pas pleurer j’ai cassé mes yeux. Pas pleurer, quand ton histoire de 10 ans se fait la belle, quand ton monde s’écroule et qu’il faut continuer. Pas pleurer, quand t’as peur pour tes proches et qu’il faut lever le menton toujours plus haut pour eux, pour qu’ils surnagent au dessus de la bouée. Pas pleurer pour le quotidien, parce que ca se fait pas, parce qu’il y a plus important, parce qu’on vaut mieux que ca. Pas pleurer pour les gens qui trahissent, qui blessent ou qui salissent, pas pleurer pour les idiots, pas pleurer sur du lait renversé, pas pleurer parce que c’est la vie, pas pleurer parce que pleurer ca sert à rien. J’ai pas pleuré assez cette année, j’ai mangé mes joues de l’intérieur, j’ai tenu sur les nerfs, si fort que mon corps tremble parfois, j’ai un fil électrique entre les deux épaules, grandes décharges dans les côtes. J’ai cassé mes yeux, ils ne veulent plus donner, alors l’eau sort en filet moche le matin quand je me réveille, quand j’ai pas encore eu le temps d’être triste pour quelque chose, c’est le trop plein, le ressac pollué qui s’échappe par les orifices disponibles, je laisse couler. Je pense à des choses tristes, exprès. En espérant que mes yeux se mettent à pleuvoir, qu’ils retrouvent leur belle humidité, qu’on chiale un bon coup, mes rétines et moi, et qu’on puisse passer à autre chose, allez, dégage la boule dans la gorge, on va te recouvrir, t’inonder. Mais mes yeux sont cassés, et mon corps se rebiffe, j’ai le sourire qui se tord à l’envers, mais pas une goutte en plus pour ma soif, juste quelques kilos de plomb supplémentaires sur les nerfs, développé-couché de stress, je suis culturiste.

Il en faudrait pas beaucoup pourtant, je sens bien, pour m’enlever le sec des yeux. Au yoga, à la fin, je pleure. Sans savoir pourquoi, parce que j’ai laissé parler quelque chose dans mon corps sans chercher à le maîtriser tout à fait, je pleure tordue entre le tapis et le béton, je pleure comme un bébé, mais je ne suis pas triste, c’est presque thérapeutique, c’est la fin de la séance, c’est physique. Un exercice supplémentaire de souplesse et de concentration, fermez les yeux, respirez, pleurez, encore, plus loin, c’est bien. Je pleure quand je croise le vieux chien et la vieille dame dans la pente qui monte vers mon bureau, c’est le plus vieux chien du monde et le plus joli aussi, il se dandine avec toute la grâce de son âge vers le parc, au ralenti, très digne. Et puis parfois, il s’arrête au milieu de la route, parce que c’est trop raide, parce qu’il n’y arrive plus, mais sa queue continue à battre l’air, et sa vieille maîtresse l’encourage alors qu’elle peine elle aussi à gravir les derniers mètres. Je pleure derrière la vitre de mon bureau en les regardant, parce qu’il n’y a rien de plus touchant que cette répétition d’amour, tous les jours à la même heure, cette discipline du cœur. Je pleure quand j’ai joui parfois, comme si mon ventre s’ouvrait tout à fait, comme si mon sexe faisait exploser le système nerveux sympathique, l’ivresse puis le vide, je pleure d’avoir trop ressenti en une fois, en trop grand pour moi, je pleure du choc des orgasmes incontrôlés, violents, désarticulés, mes jambes se soulèvent, mon bassin s’oublie, je ne me regarde plus baiser, j’ai récupéré mon corps, pour quelques secondes je l’habite entièrement, il colle à mon ombre et nous pleurons de nous retrouver.

Je me souhaite de lâcher prise et de réussir à pleurer. Je me souhaite de parvenir à abandonner l’illusion de contrôle pour plus de sérénité. Je me souhaite de retrouver le goût des larmes fraîches, des larmes pour rien, je me souhaite de pleurer de joie, je me souhaite de pleurer de rire, je me souhaite de me laisser tomber dans les bras moelleux et accueillants de mes amours, je me souhaite de me laisser porter un instant, je me souhaite d’être libre de ressentir la peine et de la laisser venir, sans lui construire de mur ou de mausolée. Je me souhaite de ne plus avoir peur de paraître faible, de paraître fatiguée, je me souhaite d’être entière dans mes bonheurs comme dans mes peines, dans mes luttes comme dans mes difficultés. Je me souhaite des torrents de larmes, de gros hoquets, je me souhaite des soubresauts mouillés, des joues creusées, je me souhaite la morve et les mouchoirs, je me souhaite le sommeil de l’après. Je vais réparer mes yeux, et les coudre entre mon cœur et ma tête, à points serrés, pour ne plus les perdre, je vais rétablir les connexions flottantes, laisser dériver, ouvrir le barrage, enfin, pleurer.

5 responses so far

Get Adobe Flash player