Dernière séance

Mon père est mort.

Mon père, que je n’avais pas vu depuis 26 ans, est mort.

Mon père est mort il y a 6 mois. Je ne sais pas trop pourquoi. Je ne sais pas trop comment. Je ne sais pas s’il pensait à moi. Je ne sais pas si j’aurais du me précipiter à son chevet. Je ne sais pas si, toute sa vie, il a regretté d’avoir été un ignoble connard avec moi. Je ne sais pas lui pardonner. Je ne sais pas non plus arrêter de l’aimer. Mon père est mort, et son enterrement était pitoyable, triste. Mon père est mort et j’ai tellement mal que mon corps se casse en deux, se noue et se brise, que ma tête explose et que je me réveille toutes les heures. C’est mon premier vrai deuil. Je n’en parle qu’à mon psy. Personne ne comprend vraiment. Personne ne trouve les mots qui pourraient m’apaiser. Rien ne fonctionne. Je fais semblant, je mets le masque. Si tu me vois sourire, tu te trompes. Je vomis à l’intérieur. Je pleure et je tremble et je voudrais écarter mes côtes pour laisser un peu de place à mon coeur. Je suis toute vide, mais toute pleine des histoires que je me raconte pour le combler. Je suis remplie de questions, de rancoeurs, d’émotions, d’impatience, de haine. Je me réveille en pensant à son visage dans son cercueil. Je me réveille et je vois son visage mort. Je me réveille et je me déteste d’avoir regardé son cadavre. Je ne reconnais pas mon père, je le cherche partout, sur les photos qui défilent lors de la cérémonie, je ne sais pas qui est cet homme. Je le cherche à l’intérieur de moi, dans mon humour, dans ma noirceur, dans mes excès, dans mon hyper sensibilité. Je le porte dans mon gras, dans mon ventre, mon gros papa, je le mange, je le vomis. Je le cherche dans les visages de ces demi-frères que je ne connais pas, je voudrais tellement leur ressembler, ils sont mon exact opposé. Mon père est mort et j’ai du mal à faire semblant, pourtant rien n’a changé, il était déja le grand absent de ces 30 dernières années, je devrais faire semblant, me dire que tout est pareil, il continue juste à m’abandonner, un peu plus chaque année. Mais j’ai vu le corps, froid et déformé, j’ai vécu la semaine d’attente, la mort cérébrale et l’oxygène qu’on arrête de lui donner. Tout n’est pas comme avant. Je ne regrette pas d’avoir grandi sans lui. Je ne regrette pas d’avoir choisi de me sauver. Je regrette son orgueil, et son malheur, je regrette sa lâcheté. Mon père est mort et je ne sais pas quoi faire de cette information, des papiers qu’il faut signer, du rendez-vous chez le notaire, des additions et des soustractions, des photocopies et des montres à choisir, tout m’est si difficile, je voudrais m’enfuir, faites sans moi, c’est bien ce qu’il se passait jusque là. Mais je tiens bon, et je photocopie, et je suis à l’heure, et je signe, et je pleure dans mon masque, et je vois pour la première fois nos paraphes rassemblées au bas d’un papier, nos initiales, presque les mêmes, nous faisons famille pour la première fois, c’est officiel, c’est tamponné. Mon père est mort et il emporte avec lui 30 ans de silence, d’énergie dépensée à m’empêcher d’hurler qu’il me manque et que je mérite d’exister, c’est la fin de mes espoirs secrets de réconciliation ou de vengeance, de mes envies de me blottir dans la chaleur de son ventre et de sentir son eau de cologne sur sa chemise. Mon père est mort, et je fais le deuil de la petite fille qu’il oubliait de venir chercher à l’école, mais qu’il récompensait avec une épée de Zorro la semaine d’après, cette petite fille qui voulait seulement être aimée. Salut, petite, c’était rude, c’était triste, c’était solitaire, mais peut-être que maintenant tu peux être heureuse quelque part, dans une dimension parallèle où les adultes ne veulent que ton bonheur, où ils sont à l’heure à la sortie de l’école, et où personne ne te laissera tomber.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *