Pas pleurer

Juin 15 2016

A force de pas pleurer j’ai cassé mes yeux. Pas pleurer, quand ton histoire de 10 ans se fait la belle, quand ton monde s’écroule et qu’il faut continuer. Pas pleurer, quand t’as peur pour tes proches et qu’il faut lever le menton toujours plus haut pour eux, pour qu’ils surnagent au dessus de la bouée. Pas pleurer pour le quotidien, parce que ca se fait pas, parce qu’il y a plus important, parce qu’on vaut mieux que ca. Pas pleurer pour les gens qui trahissent, qui blessent ou qui salissent, pas pleurer pour les idiots, pas pleurer sur du lait renversé, pas pleurer parce que c’est la vie, pas pleurer parce que pleurer ca sert à rien. J’ai pas pleuré assez cette année, j’ai mangé mes joues de l’intérieur, j’ai tenu sur les nerfs, si fort que mon corps tremble parfois, j’ai un fil électrique entre les deux épaules, grandes décharges dans les côtes. J’ai cassé mes yeux, ils ne veulent plus donner, alors l’eau sort en filet moche le matin quand je me réveille, quand j’ai pas encore eu le temps d’être triste pour quelque chose, c’est le trop plein, le ressac pollué qui s’échappe par les orifices disponibles, je laisse couler. Je pense à des choses tristes, exprès. En espérant que mes yeux se mettent à pleuvoir, qu’ils retrouvent leur belle humidité, qu’on chiale un bon coup, mes rétines et moi, et qu’on puisse passer à autre chose, allez, dégage la boule dans la gorge, on va te recouvrir, t’inonder. Mais mes yeux sont cassés, et mon corps se rebiffe, j’ai le sourire qui se tord à l’envers, mais pas une goutte en plus pour ma soif, juste quelques kilos de plomb supplémentaires sur les nerfs, développé-couché de stress, je suis culturiste.

Il en faudrait pas beaucoup pourtant, je sens bien, pour m’enlever le sec des yeux. Au yoga, à la fin, je pleure. Sans savoir pourquoi, parce que j’ai laissé parler quelque chose dans mon corps sans chercher à le maîtriser tout à fait, je pleure tordue entre le tapis et le béton, je pleure comme un bébé, mais je ne suis pas triste, c’est presque thérapeutique, c’est la fin de la séance, c’est physique. Un exercice supplémentaire de souplesse et de concentration, fermez les yeux, respirez, pleurez, encore, plus loin, c’est bien. Je pleure quand je croise le vieux chien et la vieille dame dans la pente qui monte vers mon bureau, c’est le plus vieux chien du monde et le plus joli aussi, il se dandine avec toute la grâce de son âge vers le parc, au ralenti, très digne. Et puis parfois, il s’arrête au milieu de la route, parce que c’est trop raide, parce qu’il n’y arrive plus, mais sa queue continue à battre l’air, et sa vieille maîtresse l’encourage alors qu’elle peine elle aussi à gravir les derniers mètres. Je pleure derrière la vitre de mon bureau en les regardant, parce qu’il n’y a rien de plus touchant que cette répétition d’amour, tous les jours à la même heure, cette discipline du cœur. Je pleure quand j’ai joui parfois, comme si mon ventre s’ouvrait tout à fait, comme si mon sexe faisait exploser le système nerveux sympathique, l’ivresse puis le vide, je pleure d’avoir trop ressenti en une fois, en trop grand pour moi, je pleure du choc des orgasmes incontrôlés, violents, désarticulés, mes jambes se soulèvent, mon bassin s’oublie, je ne me regarde plus baiser, j’ai récupéré mon corps, pour quelques secondes je l’habite entièrement, il colle à mon ombre et nous pleurons de nous retrouver.

Je me souhaite de lâcher prise et de réussir à pleurer. Je me souhaite de parvenir à abandonner l’illusion de contrôle pour plus de sérénité. Je me souhaite de retrouver le goût des larmes fraîches, des larmes pour rien, je me souhaite de pleurer de joie, je me souhaite de pleurer de rire, je me souhaite de me laisser tomber dans les bras moelleux et accueillants de mes amours, je me souhaite de me laisser porter un instant, je me souhaite d’être libre de ressentir la peine et de la laisser venir, sans lui construire de mur ou de mausolée. Je me souhaite de ne plus avoir peur de paraître faible, de paraître fatiguée, je me souhaite d’être entière dans mes bonheurs comme dans mes peines, dans mes luttes comme dans mes difficultés. Je me souhaite des torrents de larmes, de gros hoquets, je me souhaite des soubresauts mouillés, des joues creusées, je me souhaite la morve et les mouchoirs, je me souhaite le sommeil de l’après. Je vais réparer mes yeux, et les coudre entre mon cœur et ma tête, à points serrés, pour ne plus les perdre, je vais rétablir les connexions flottantes, laisser dériver, ouvrir le barrage, enfin, pleurer.

5 responses so far

  1. Ton texte me met les larmes aux yeux. Moi je pleure pour plein de choses, tout le temps. Avant j’en avais honte. Maintenant je l’accepte et je sais qu’au moins les émotions sortent, bousculées et chaotiques. Je te souhaite aussi de pleurer et de ressentir <3

  2. J’ai été attiré par le titre de ton article… car je pensais pleurer et ce week-end, j’ai fait un stage avec un clairvoyant. Je voulais qu’il m’aide a trouver le blocage qui fait que je n’arrive pas a perdre du poids…
    Il m’a dit « ton poids, c’est tes larmes que tu t’empêches de pleurer »… Bien sûr, il a donné des explications à ces larmes, à ce surpoids. Dimanche, j’ai l’impression d’avoir passé ma journée à pleurer à ce stage… dans la nuit de dimanche à lundi, j’ai pleuré presque toute la nuit entre-coupé de sommeil. Lundi, j’ai pleuré, pleuré et pleuré… j’ai pris ma voiture et j’ai roulé en pleurant. Depuis lundi soir cela va mieux… mais les larmes ne sont pas loin. Dès que je sens l’émotion monter, je ne les retiens plus, j’essaie justement de faire l’inverse, de les sortir, de me forcer à les sortir pour me libérer.
    Il m’a dit aussi que le meilleur moyen pour moi serait de me mettre dans une rivière et de pleurer en demandant à la Terre – Gaïa – de prendre toute ma tristesse, toute ma colère.
    Je sais que ces larmes sont ma guérison et peut-être la tienne, qui sait ?

  3. Je viens de te découvrir suite à un article de Rue89.
    Superbes textes. Merci pour ces moments très intenses et qui me semblent si internes même s’ils te sont propres.
    Des mots qui éveillent à soi. Continue, c’est un vrai régal de te suivre. Et surtout, continue à être toi, superbe dans tous les domaines.
    Merci encore.

  4. A chacun de tes articles, presque, je suis capable de pleurer. Je me retiens que quand je suis au travail. Au travail, quand même, pas pleurer. Pour le reste, je suis une pleureuse, une pleureuse du doux, de l’amer, du désespoir, de la joie.
    Ton article me touche. Tu nous rends légitimes, nous les pleureur-ses.

    Le droit à la fragilité. Bon sang ce que tu écris bien, ce que tu m’émeus.

  5. Il ne me rappelle pas alors qu’il m’avait montré la lune du doigt en disant « on ira ». Je pleure depuis 2 jours sans m’arrêter et je hais les vidéos de gens qui vont bien et qui ont des projets. Merci d’écrire en harmonie avec mon ventre qui hurle.

Leave a Reply

Get Adobe Flash player